Les plus brillants d’Edtech ont du mal à passer • TechCrunch

Bienvenue dans Startups Weekly, un point de vue nuancé sur les nouvelles et les tendances des startups de cette semaine par Senior Reporter et co-animateur d’Equity Natacha Mascarenhas. Pour le recevoir dans votre boîte de réception, abonnez-vous ici.

Outschool a licencié un quart du personnel, soit 43 personnes, plus tôt cette semaine, selon un e-mail obtenu par TechCrunch. La société edtech, évaluée pour la dernière fois à 3 milliards de dollars, a confirmé les licenciements par e-mail, citant l’accent mis sur les capacités de base alors que “la croissance est revenue sur terre”.

L’e-mail envoyé au personnel était encore plus direct. “La vérité est que les licenciements dans notre secteur sont répandus pour une raison”, a écrit Amir Nathoo, co-fondateur d’edtech unicorn Outschool, dans un mail envoyé au personnel. “L’atmosphère de financement a été considérablement affectée par l’anticipation d’une récession, des taux d’intérêt plus élevés et un besoin accru de montrer [return on investment] aux investisseurs. »

Pour les employés, le ton de Nathoo rappelle une conversation qu’il a eue quelques mois plus tôt, en juillet, lorsque l’entrepreneur a dû diriger Outschool lors de sa première série de licenciements, qui ont touché 18 % du personnel. Les commentaires de l’entrepreneur soulignent à quel point certaines des entreprises les plus audacieuses et les mieux capitalisées de l’edtech sont en difficulté. Par exemple, la double série de licenciements d’Outschool intervient après avoir levé une série B, C et D en 12 mois et augmenté sa valorisation de 1 milliard de dollars à 3 milliards de dollars en une période encore plus courte.

Dans le cadre de la mise à pied de cette semaine, le cofondateur d’Outschool et chef de produit, Nick Grandy, quitte également l’entreprise. « J’ai compris que notre croissance ralentirait une fois que les apprenants pourraient retourner à l’école à temps plein ; cependant, je ne m’attendais pas à ce que notre croissance ralentisse aussi considérablement qu’elle l’a fait », a écrit Nathoo dans l’e-mail. “C’est sur moi et je tiens à m’excuser sincèrement.”

Au cours du dernier trimestre de 2022, les licenciements d’edtech ont touché des entreprises soutenues par du capital-risque, y compris, mais sans s’y limiter, BloomTech, Védantu, Teachmint, Reforge, Coursera, Unacademy, Byju’s, Udacity et Brainly. Les changements de direction comprennent Le PDG de Quizlet démissionnele PDG de Degreed se retire pour le retour du fondateuret le co-fondateur d’Invact Metaversity partant après des différends irréconciliables avec son co-fondateur.

Class, une entreprise edtech proche du statut de licorne 10 mois seulement après le lancement de son Zoom L’école alternative, a également procédé à des licenciements cette année. La société a levé un total de 146 millions de dollars en financement de capital-risque connu à ce jour, y compris un chèque SoftBank Vision Fund II. Le PDG et fondateur Michael Chasen n’a pas répondu à une demande de commentaire

Coding bootcamp BloomTech, anciennement Lambda School, réduit de moitié le personnel la semaine dernière, dans sa troisième série connue de licenciements depuis le début de la pandémie. Contrairement à Outschool et Class, BloomTech n’a pas fait une frénésie de collecte de fonds rapide tout au long de la pandémie. Au lieu de cela, le raisonnement des licenciements semble être un peu plus ambigu – le PDG Austen Allred n’expliquant la décision qu’en disant que “nous avons dû réduire les coûts pour devenir rentables”.

Nous savons maintenant que les startups qui ont le plus apprécié un boom de l’ère pandémique sont désormais les mêmes startups confrontées à des questions difficiles sur la façon de naviguer dans un ralentissement pas si imminent. Mais l’edtech est un secteur qui a atteint une stratosphère entièrement différente en 2020 et 2021, alors que la demande d’apprentissage à distance a explosé. À mesure que la demande augmentait, l’appétit des investisseurs augmentait également. Les mêmes cycles de capital-risque qui ont permis aux entreprises d’élargir leur idée de ce à quoi pourrait ressembler un marché adressable total sont les mêmes tranches qui ont peut-être forcé une frénésie de dépenses excessives et de surembauche qui nécessite maintenant une correction.

Contrairement à un secteur comme la cryptographie, qui a connu une course haussière similaire et qui gère maintenant son propre hiver, l’explosion de l’edtech a touché des besoins uniquement humains et non techniques. Dans le cas d’Outschool, il pivote maintenant pour se concentrer davantage sur la fin du tutorat de sa plate-forme pour lutter contre la perte d’apprentissage résultant de COVID-19.

Il est prudent de dire que le secteur passe d’une humeur perturbatrice à un mode de maintenance.

Mais arrêtons nos recherches sur l’edtech et passons à d’autres événements de cette semaine dans le domaine de la technologie. Vous pouvez me trouver sur Twitter, Sous-pile et Instagram, où je publie plus de mes mots et de mon travail. Dans la suite de cette newsletter, nous parlerons d’Airtable, de Plaid et de tous vos sacrés avatars IA.

Airtable et Plaid

Nous arrêterons de parler de licenciements après cette section, mais il y a eu deux coupures cette semaine qui m’ont vraiment surpris : Plaid a licencié 20% du personnel et bien, Airtable aussi. Cela survient après une longue série de licenciements dans l’espace fintech, non limité mais comprenant Chime, Stripe et Opendoor.

Voici pourquoi c’est important : Ces deux startups embauchaient et étaient présentées comme un endroit où les talents licenciés pouvaient postuler il y a à peine deux semaines. Tout cela pour dire qu’il y a tellement de coups de fouet pour les demandeurs d’emploi, en particulier ceux qui sont licenciés, autour desquels ils peuvent “faire confiance” pour leur prochain concert.

Je me demande pourquoi ces entreprises en phase terminale ont attendu si longtemps pour procéder à des licenciements, ou si elles pensaient vraiment qu’elles seraient capables de traverser ce ralentissement avec des dépenses élevées. Qu’est-ce qui a changé pour qu’ils débranchent enfin la prise ? Notez que la mise à pied d’Airtable semble être particulièrement radicale – voir que son directeur des produits, son directeur des ressources humaines et son directeur des revenus se séparent également avec l’entreprise alors qu’elle pivote pour se concentrer davantage sur le côté entreprise de son activité.

illustration de ciseaux coupant la ficelle

Crédits image : Bryce Durbin / Bryce Durbin (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Tous vos avatars IA

Mon nouveau flex est que je n’ai pas d’avatar IA, et je ne suis qu’un peu inquiet à ce sujet ! Blague à part, si vous avez été sur Twitter au cours des dernières semaines, vous avez probablement vu des portraits assez élégants et imaginatifs générés par algorithmes de vos amis (et ennemis).

L’entreprise derrière ces avatars magiques est Lensa IA, qui a sans surprise grimpé dans l’App Store. C’est sacrément cool. Oui, je suis tenté. Mais, pour ne pas pleuvoir partout sur vos nouvelles photos Twitter, il y a déjà des questions sur son utilisation et son impact sur les artistes.

Voici pourquoi c’est important via mon collègue, Chapelier Taylor:

Alors que le monde de la technologie a célébré les progrès des générateurs d’images et de texte de l’IA cette année – et que les artistes ont regardé les débats avec prudence – votre utilisateur moyen d’Instagram n’a probablement pas entamé de conversation philosophique avec ChatGPT ou alimenté des invites absurdes DALL-E. Cela signifie également que la plupart des gens ne se sont pas attaqués aux implications éthiques des outils d’IA gratuits et facilement disponibles comme Stable Diffusion et à la façon dont ils sont sur le point de changer des industries entières – si nous les laissons faire.

je vous conseille vivement de lire Pièce de chapelier pour comprendre certains des drapeaux rouges de Lensa, surtout si vous vous souciez que les artistes soient correctement crédités et payés pour leur travail et, eh bien, l’avenir de la création.

Lensa AI peut être trompé en laissant très peu à l'imagination.  Illustration de l'épaule nue d'une femme...

Crédits image : Lensa IA

[Insert good news here]

Nous sommes officiellement à la période de l’année, et faisant partie du cycle de l’actualité, où je cherche désespérément de bonnes nouvelles à mettre en avant. Sans plus tarder, voici ce qui m’a fait sourire cette semaine :

Gros plan d'un flocon de neige

Crédits image : TothGaborGyula / Getty Images

Quelques remarques

Vu sur TechCrunch

Amazon donnera 5 $ à votre chauffeur-livreur surmené si vous demandez à Alexa de vous remercier

L’application d’épicerie instantanée Getir rachète son concurrent Gorillas

L’exécutif de Theranos, Sunny Balwani, condamné à 13 ans de prison pour avoir escroqué des patients et des investisseurs

La nouvelle PDG de Slack, Lidiane Jones, apporte deux décennies d’expérience en matière de produits au travail

Vu sur TechCrunch+

Alors que Butterfield quitte la scène à gauche, il est juste de se demander ce qui se passe chez Salesforce

L’ère de l’innovation constante chez Amazon pourrait être révolue

Getaround brave les marchés publics froids avec la combinaison SPAC

Comment répondre lorsqu’un VC demande la valorisation de votre startup

Ne vous inquiétez pas: les rondes vers le bas sont encore rares selon les normes historiques

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, félicitations et merci. Je te dirais de transmettre à un ami, dis-moi ce que tu en penses sur Twitter ou suivre mon blog personnel pour plus de contenu émotionnel – mais aussi, je suis juste content que tu sois là et que tu t’inquiètes toujours si près des vacances.

Prenez soin de vous et restez au chaud,

N

Leave a Reply